L’achat compulsif

Le zero waste et le minimalisme permettent-ils de consommer de manière inopinée? Comment réagir aux envies imprévues ?

achat compulsif : manie compulsive des achats, généralement peu ou pas nécessaires à l’individu (source : wikipedia)

Contrôlez l’achat compulsif ou il vous contrôlera

L’achat compulsif est un achat imprévu. Il est provoqué par un élément externe. Il apporte un non besoin, une envie non obligatoire. Il est à la fois une source de regrets ou d’encombrements et d’autre part, il est une source impressionnante de plaisirs. Contrôler l’achat compulsif vous fera gagner de la confiance en soi, de l’énergie, du temps et de l’argent.

Le besoin matériel

Définissez exactement ce que vous avez besoin matériellement. Prenez une feuille et notez ce qui vous manque. Soyez le plus précis et complet possible. Notez ensuite à côté pourquoi vous en avez besoin. Personnellement, j’ai besoin d’une paire de sneakers bleues, grises ou brunes, de qualité et qui me serviront surtout pour voyager. Demandez-vous si vous savez vous en passez. Existe-t-il une alternative? Quel budget êtes-vous prêt à mettre? Faites des recherches auprès de spécialistes. Comparez et cherchez les critiques. Optez pour la meilleure qualité possible. Soyez certain que cela vous plaira à cent pour cent. Sans hésitation. Prenez votre temps pour choisir tout en vous restant concentré pour les combler. Ne les oubliez pas. Plus vite ils seront satisfaits, plus vite ils quitteront votre esprit. Comblez les un à la fois. Surtout pas tous en même temps, vous risquez de surchauffer.

Le désir

Faites le même exercice et inscrivez vos objets de désirs. Décrivez à côté la raison. Vérifier d’abord si certains objets « besoins » de la première liste ne représentent pas des désirs. Dans le monde de la consommation matérielle, il est souvent à l’origine d’angoisses et de frustrations. Comblez plutôt désirs avec besoins. Les objets physiques que vous avez besoin doivent vous procurez du plaisir. Prenez la plus belle qualité possible. Chaque jour, vous les utiliserez et vous en tirerez beaucoup de joie. Au delà du matériel, gardez surtout les désirs pour l’immatériel comme le développement de soi, les relations, la vie professionnelle, les expériences, les loisirs.

Prévoir l’imprévu

Je ne refuse pas l’achat compulsif lorsque je sais que je le rencontrerai. Il s’agit simplement de s’organiser un minimum. Lorsque vous partez vous promener, demandez-vous ce que vous aurez besoin ou envie. Vous devrez sûrement boire, manger ou transporter des objets. Pensez-y. Aujourd’hui, la société pense à votre place. Vous avez soif, voilà une bouteille d’eau en plastique au magasin du coin. Vous n’avez rien pour transporter? Voilà un sac en plastique. Des déchets fragiles, laids et que vous devrez vous même jeter. Pensez à vous. Facilitez-vous la vie et rendez la plus agréable. Choisissez une belle gourde et un sac à dos élégant.

Improviser

Un jour, je suis passé dans un magasin de vêtements de seconde main. Et là, je trouve une superbe veste d’hiver. Je devais justement remplacer la mienne qui n’était pas assez chaude. Arrivé à la caisse, la vendeuse me propose un sac en papier pour le transport jusqu’à chez moi. Si j’acceptais, ce sac servirait pendant 15 minutes, le temps du trajet et encombrera ensuite mon intérieur ou mes poubelles. J’ai préféré prendre la veste simplement sous le bras.

L’alimentation à emporter

Comment faire avec les friteries, foodtrucks et vendeurs de smoothies à emporter ? Ces établissements ont basé leur entreprise sur les déchets. Difficile d’y échapper mais pas impossible. Lorsque je prévois de manger dans l’un de ces endroits, je prends un contenant avec moi et ma serviette en tissu. Le vendeur est toujours content car cela lui fait des économies. Et c’est surtout plus agréable et plus élégant par rapport au papier ou au plastique.

En résumé, comment faire :

  • Connaissez vos désirs et vos besoins
  • Prévoyez
  • Improvisez
  • Amusez-vous

Le plus important est d’être heureux avec ce que nous sommes. Pas ce que nous avons. Dans ce que nous vivons, pas ce que nous consommons.

achat-compulsif