Jour 7 – Le chaos

J’écoute Genesis de Justice. Une musique qui fait mal. Ce soir, j’ai refait le monde avec mon frère et un ami. On reparle de l’idée qu’on a eu au nouvel an. Il y a une masse de jeunes qui détestent leur job. Et la société est complètement pourrie. Ça me plaît en fait de vivre dans ce monde dégueulasse et corrompu. Au moins, il y a de quoi faire. Imagine si Superman vivait chez les Teletubbies.

Je suis sorti avec une amie ce matin. On s’est balladé dans le centre de Bruxelles. Je me suis demandé à quoi ça servait de manger bio, faire de la méditation, prendre soin de son corps et de son esprit pour finalement vivre dans une ville asphyxiée par les pots d’échappements, le bruit et le stress. Les gens sont un peu masochistes sur les bords. J’ai pris un thé vert japonais.

J’ai lu un livre qui expliquait les techniques de vente des coiffeurs. Un extrait explique comment Levis a pu transformer un vêtement de travail tout moche en une marque jeune et sexy. Je me lave les cheveux une fois par semaine et je me mets de l’huile d’amande douce que je recharge en pharmacie. La boule à zéro pourrait être une solution plus pratique. J’y penserai peut-être plus tard. En attendant, j’aimerais d’abord remodeler la couleur de ma garde-robe. Le noir, blanc et gris m’attirent de plus en plus. Je trouve cela simple, élégant et encore plus facile à choisir.

Au soir, j’ai mangé une pizza. Je me suis rendu compte que je ne mettais plus de déodorant depuis que j’étais revenu de Berlin. Le secret pour rester frais, c’est boire beaucoup d’eau, faire du sport et manger sain la plupart du temps. C’était une pizza pour trois personnes, énorme. Toute l’équipe du restaurant était turque. Demain c’est lundi et je reprends le boulot. Il est minuit moins cinq, je suis avec mon frère. On écoute Soulwax et “Is it always binary”.

Ce que je ne vous ai pas dit:
La pizza comportait un ingrédient très spécial
Mon expérience désastreuse avec un coiffeur à dix euros
Quel est mon groupe de musique préféré

2 comments

  1. « Je me suis demandé à quoi ça servait de manger bio, faire de la méditation, prendre soin de son corps et de son esprit pour finalement vivre dans une ville asphyxiée par les pots d’échappements, le bruit et le stress. »

    Je me pose souvent cette question a Paris, surtout face à la proliferation d’enseignes (boutiques, cafés & restaurants) bio etc…
    C’est aussi drôle d’observer des fumeurs devant ce genre d’enseignes. À quand la cigarette bio?

    La boule à Zéro n’est pas une solution: contraignant, nécessite un entretien regulier (toutes les 2 semaines pour ma part).

    Pour le noir, blanc et gris, je suis d’accord. J’y suis depuis quatre ans, et je viens tout juste d’incorporer du beige.
    C’est bien aussi, le beige.
    Mais un joli beige, hein…

    🙂

    1. Salut Nico (je me permets de t’appeler Nico), je viens de faire une recherche. Devine quoi, la cigarette bio existe. Je vais m’acheter un paquet demain chez Bio c Bon.
      Ps: j’aime ta signature avec le N et je suis jaloux. Comment je fais pour dessiner un G?

Comments are closed.