Suivre son instinct

C’est l’essence même du minimalisme. Comment suivre son instinct ? Faut-il écouter sa petite voix ? Quel était le déclic pour quitter mon job ?

La petite voix

Elle est en nous. Elle nous parle. Elle nous conseille et nous demande d’agir. Et parfois, on ne l’écoute pas. Car on a peur. Car on pense qu’elle se trompe. Mais bien souvent, elle a raison. La petite voix est notre inconscient. La partie de nous qui a déjà pensé à tout. Celle qui sait déjà ce qu’il faut faire.

La goutte qui fait déborder le vase

Une décision importante peut prendre du temps. Mais lorsque vous êtes prêt, une goutte suffit pour tout faire basculer. Le premier janvier, je me suis dit que je changerais ma vie en 2017. Et cela passerait par mon travail. Quoi qu’il se passe, je remettrais ma démission. Les mois passèrent. Et tout à coup, j’ai dit à quelqu’un « C’est décidé, le mois prochain je remets ma démission ». On m’a répondu « Pourquoi dans un mois et pas demain? ». C’est vrai. Pourquoi attendre d’agir quand on veut le faire et qu’on peut le faire? Car j’avais peur à nouveau. J’ai donc décidé de dire non à la peur. Et j’ai remis ma démission le lendemain.

Qu’est ce qui peut arriver de pire ?

Demandez-vous quelle serait la pire des situations si vous suivez votre instinct. Par exemple, voici les pires situations auxquelles j’ai pensé avant de remettre ma démission :

  • Se retrouver sans rentrées financières
  • Changer d’appartement pour un autre moins cher
  • Quitter mon appartement et revenir dans ma famille
  • Quitter Bruxelles et revenir en province
  • Dire au revoir à la vie excitante d’une capitale
  • Dire au revoir à mes amis de Bruxelles
  • Quitter la notoriété d’un travail de banquier
  • Avoir l’image de quelqu’un « sans emploi »
  • Trouver un autre travail sans plus de plaisir
  • Perdre mes économies
  • Décevoir mes proches
  • Se retrouver dans la rue

Et encore, de nombreuses aides existent avant de se retrouver sur le trottoir. Et mes proches ont compris la situation et m’ont soutenu. Toutefois, je ne comptais pas sur les autres pour être heureux.

Vous remarquerez une chose importante. Le pire du pire serait de mourir. Mais je ne le mentionne pas car pour moi, ce serait impossible dans ma situation et dans le pays où je vis.

Mis à part la santé, j’en ai conclu finalement que rien ne peut nous arrêter. Sauf nous-mêmes. Nous sommes notre seule barrière. Tout le reste est possible et récupérable. À tout moment, il est possible de faire demi-tour. Cela peut prendre du temps, de l’énergie et de la volonté. Mais tout est possible.

Faire une liste des pours et contres

Si vous faites une liste des points positifs et des points négatifs, c’est qu’il est déjà trop tard. À vrai dire, vous venez de prendre votre décision. Tout ce que vous avez besoin, c’est qu’on vous le confirme.

Il m’est arrivé d’être dans une relation amoureuse et de faire une liste des qualités et défauts de ma partenaire. Mais au fond de moi, je cherchais une excuse pour la quitter.

Les objets

J’ai parlé jusqu’à présent d’immatériel. Mais le principe est exactement pareil pour les objets. Lorsque nous prenons un objet entre les mains, nous savons tout de suite si nous avons envie de le garder ou pas. Marie Kondo l’explique aussi dans son livre. Car les objets ne sont pas seulement des objets. Ils représentent une partie de notre vie. Ils représentent un choix que nous avons fait ou qu’on nous a imposé. À nous maintenant de décider si ce choix compte toujours à nos yeux. Ou si au fond de nous, nous souhaitons choisir une nouvelle direction. Chaque fois que nous décidons de garder un objet ou pas, nous faisons un choix dans notre vie.

D’autres pistes

4 réflexions sur “Suivre son instinct

  1. Juste quelques lignes pour te dire que je lis chaque article que tu publies et que c’est simple et inspirant 🙂 bref, surtout continue et encore merci pour ce généreux partage !

  2. 1er new letter et je l’ai devoree,tres contentes de rejoindre votre groupe,et deja quelques conseils mis en oeuvre(gerer ces contacts)
    merci de ces conseils
    claudia

Les commentaires sont fermés.