Les cinq étapes pour une communication de couple indestructible

Pour vivre une relation digne d’un Disney avec une Cendrillon libertine ou pas haha

Cet article fait suite à l’article Le Sexe et la séduction pour profiter de la vie.

  • Être capable de ressentir nos propres émotions: sûrement le plus difficile. Il s’agit de sentir ce que nous ressentons au fond de nous-mêmes sur l’instant même. Et non pas attendre de terminer la relation pour se rendre compte de ce que la situation provoquait en nous. Exemple: des chaussettes qui traînent, ça m’énerve.
  • Oser exprimer ce qu’on ressent à l’autre personne: il faut être assez confiant en soi et posséder du courage pour admettre ce qu’on ressent. Dire que quelque chose nous dérange, c’est oser que oui, nous sommes fragiles et non invincibles. Eh oui, nous prenons le risque de blesser l’autre. Mais c’est la seule manière de grandir. Exemple: ok je vais lui dire que ces chaussettes m’embêtent.
  • Pouvoir les exprimer avec les bons mots et la bonne manière à l’autre personne (lire l’article comment parler de manière assertive): après avoir une idée de ce que nous ressentons et une fois que nous sommes confiants pour le partager, il faut alors trouver la bonne façon pour exprimer nos pensées. Pour ce que ce soit clair pour nous et pour l’autre. Exemple: Je ne me sens pas bien quand je vois des chaussettes n’importe où. Je ne trouve pas cela beau et ordonné. J’ai besoin que l’espace soit propre et j’aimerais que les vêtements ne traînent.”
  • Se mettre d’accord pour pouvoir améliorer la situation: une fois la situation expliquée, il s’agit de trouver chacun un moyen pour l’améliorer. On fait des propositions et on demande l’avis. On n’impose pas. Exemple: “Que dirais-tu si nous mettons nos chaussettes dans le bac à linges après les avoir retirées?”
  • Être capable de changer et de s’adapter à la nouvelle situation: il ne s’agit pas de forcer l’autre à changer, mais d’évoluer ensemble et de féliciter les efforts. Soit l’autre n’est pas capable de changer et il nous faut ouvrir d’avantage notre niveau de tolérance. Ou de faire nous-même un changement. Exemple: Une semaine sans chaussettes qui trainent, c’est un dîner au restaurant. Ou si l’autre n’est pas capable de faire attention, ok je ramasse toutes les chaussettes qui trainent, mais j’aimerais en retour que tu prépares le déujeuner plus souvent. Ou chaque chaussette qui traine est mise dans une boîte jusqu’à ce qu’il n’y ait plus du tout de chaussettes à se mettre. Toujours dans le fun, pas de punitions ^^

2 comments

  1. personnellement, ce fut radical.

    Au milieu de la nuit,je les mettais sous son nez,comme un doudou.
    Vu qu’elles puaient,il a vite fait de les mettre dans le bac à linge.
    Cette expérience n’est compatible que pour un couple dont les protagonistes ont un sens de l’humour développé.

Comments are closed.