J’aime le Corona – J13 Le Milky Way

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de Samantha. Et je sais ce qui va lui faire plaisir.

Cela fait bientôt deux semaines qu’on est enfermé. Ce confinement, ce n’est pas bon pour moi. Dans ma tête, c’est le chaos depuis toujours. J’ai toujours rêvé de devenir quelqu’un d’ordinaire. Quelqu’un de tranquille, avec une vie tranquille et des pensées tranquilles. Mais à la place, je fais du mal aux autres et à moi-même. C’est pour ça que je suis parti, pour me guérir. Et maintenant, je suis de retour, mais c’est plus fort que moi, je recommence à avoir des pensées insensées et à bouger comme un affamé. J’ai soif de vengeance à cause de tous ceux qui ont pourri mon existence. Alors je rêve. Je rêve de devenir meilleur, un jour peut-être.

En attendant, c’est l’anniversaire de Samantha. Elle adore les Milky Way, cette fameuse barre chocolatée. Ce matin, j’ai décidé de me lever plus tôt et d’aller chercher des Milky Way au magasin. Je me rends d’abord chez Colruyt. Les gens continuent à faire la file devant le magasin. Le personnel a mis une affiche “Il est obligatoire de prendre un caddie pour maintenir la distance de sécurité d’un mètre cinquante”. Donc, je prends un caddie pour mettre un Milky Way. Je vais dans le rayon biscuit et je ne trouve rien. Il y a un employé qui range des Twix. “Bonjour Monsieur, vous avez des Milky Way?”. “Ah désolé, on est en rupture de stock”. Je ne comprends pas. Après le papier toilette, les pâtes et les flocons d’avoine, c’est maintenant au tour des Milky Way.

Je sors du Colruyt et je vais chez Delhaize. Je demande directement au vendeur s’il en a. “Désolé monsieur, on n’en vend pas ici. Par contre, il y a un une librairie à côté, ils vendent quelques snacks. Vous pourriez aller voir”.

Je rentre dans la librairie. Il y a un vieux monsieur avec un masque à la caisse qui me dévisage. Je suis en tenue de sport depuis deux semaines. J’avance vers lui et je regarde les snacks qu’il vend: Mars, Twix, Sneakers. Je lui pose la question “Vous avez des Milky Way?”. Il prend plusieurs secondes avant de me répondre. “Non monsieur, c’est une librairie spécialisée ici, pas un supermarché.” Je sors du magasin. Il m’a répondu comme un chien. Je marche sur le trottoir. Je regarde le soleil briller. J’ai envie de faire demi-tour et de lui faire bouffer tous les Sneakers de son étagère. Je marche et je vois un oiseau par terre. Il me parle tout à coup “Il t’a pris pour un con, mon pote”. C’est vrai. Je fais demi-tour et je rentre dans le magasin. Il est toujours là, seul avec son masque en train de ranger ses magazines. Je m’approche de lui par-derrière, j’attrape un Ciné Télé Revue, je l’enroule puis je le fais passer rapidement à son cou pour l’étouffer. Il essaie de m’attraper alors je lui envoie un coup de genoux dans les reins. Il bouge dans tous les sens en faisant tomber quelques Télé Moustisque. Après un moment, il ne respire plus. Je lui retire son masque et lui enfonce un Sneakers dans la bouche. Au moins, t’es certain de ne pas mourir du Corona, grand-père.

– –

Lisez la suite de cette histoire mi-fiction mi-réalité