Jour 2 – La goutte qui déborde

18h15 Je sors du boulot. J’ai repris un travail de salarié depuis octobre. Je suis revenu de Berlin en septembre. Et après un mois, je décroche un nouvel appart et un job qui me plaît à Bruxelles. Certains me disent avoir de la chance. Je ne crois pas trop en la chance. J’aurais quand même dû jouer à la loterie.

Donc, je sors du boulot. Il pleut des cordes. L’hiver est vraiment la saison que je déteste. Le froid, la pluie, la neige, les couches de vêtements, le chapeau (oui je porte le chapeau), le parapluie, j’ai l’impression de partir en guerre. Surtout avec mon sac Filson (ceci n’est pas un placement de produit).

Le plaisir en hiver est qu’on peut s’habiller avec de belles matières et de beaux accessoires. J’aime aussi me bidonner quand je vois les autres passants avec leur parapluie à trois euros qui s’effritent, se retournent au moindre coup de vent (je sens que je vais perdre quelques lecteurs ici), sont à moitié déchirés avec une taille si petite que t’as la moitié de la pluie qui t’arrose. Et la goutte qui fait déborder le vase, c’est quand ils sont en plastique avec un beau motif Mickey Mouse à pois roses. Une dame devant moi fait tomber son parapluie. Je lui ramasse en lui disant “Madame, votre parapluie est bougrement moche”. Non je plaisante évidemment. Je ne l’ai pas ramassé. (Là je n’ai plus aucun lecteurs)

Sur le chemin, je vais faire des courses et je vais dire bonjour à mon filleul et ses parents. Je le vois marcher pour la première fois.

Il est 20h50, je dois encore souper, checker mes emails, ouvrir mon téléphone (oui je l’ouvre seulement maintenant), faire un site web, préparer un pitch pour un nouveau projet, souhaiter la bonne année à mes colocataires et prendre une douche.

21h47 : j’ai terminé de souper. Je crois que je vais dormir directement. Qu’est-ce qui m’a pris d’écrire un article par jour..

22h07 : ne me demandez pas ce que j’ai fait pendant vingt minutes. Je ne sais plus non plus. Bonne nuit.

Ce que je ne vous ai pas dit:
Ce que j’ai reçu comme cadeau au boulot
Combien de fois on m’a dit “bonne année”
Combien de fois j’ai répondu

6 comments

  1. Et bien, il m’a bien fait rire cet article et surtout le passage sur le parapluie.

  2. L’hiver ma saison favorite depuis que je suis gamin c’est un grand plaisir ( sauf quand il pleut des cordes depuis des jours et semaines……) .

  3. Je confirme le commentaire d’Aline. J’ai beaucoup rit devant cet article !
    En parlant de parapluie, j’ai appris ces dernières semaines en regardant un documentaire sur les galeries couvertes parisiennes, qu’il ne reste qu’un seul réparateur de parapluies à Paris. C’est un petit bonhomme qui a lâché son boulot “sécurisant” du jour au lendemain, pour reprendre cette boutique de parapluie. Il a en stock des centaines de pièces de parapluie (c’est un vrai plaisir à regarder) et parfois, il taille même les pièces sur mesure pour réparer le mieux possible ces parapluies. Un artisan comme on les aime, et comme on aimerait qu’il ne disparaisse jamais. Quel joli savoir-faire.

Comments are closed.