Journal – J’ai plus que 100 objets

Effectivement, j’ai plus de 100 objets. Et je vous avoue que je ne les compte même plus.

J’avais déjà écrit un article sur les 100 objets que je possède aujourd’hui et les 50 objets avec lesquels j’ai vécu pendant mon année à Berlin. On me demande parfois “as-tu vraiment 100 objets?”. En vérité, j’en ai un peu plus depuis la dernière fois où je les ai comptés, surtout pour ma partie professionnelle. Même si je ne dépasse sûrement pas les deux cents objets, j’aimerais insister que le minimalisme n’est pas une question de quantité.

Oui, il est très utile de vivre cette sensation du moins possible pour enfin se rendre compte de ce dont on a réellement besoin. Je recommande cela à toute personne qui en a la possibilité. Faire table rase et redémarrer une nouvelle page. C’est une expérience à faire au moins une fois dans sa vie, peut-être pas avec les relations bien entendu. Même si certains pourraient dire que oui. Mais il s’agit d’une manière comme une autre de goûter au minimalisme.

En plus, le minimalisme ne s’acquiert pas du jour au lendemain. Il ne suffit pas de faire le grand nettoyage en un week-end pour comprendre cette philosophie. C’est un état d’esprit qui s’acquiert avec le temps et je dirai même qui ne s’arrête jamais.

Il y a deux semaines, mon frère a changé de téléphone. Il a eu l’occasion d’avoir un modèle plus récent par un autre proche qui s’en débarrassait. Bref, il m’a proposé de me léguer son ancien téléphone. Le mien ayant huit ans, la batterie devait être rechargée tous les jours. Je m’étais dit que si mon téléphone venait à tomber en panne, j’essaierais bien un téléphone normal (non-smartphone), juste pour les messages et les appels.

Donc, j’avais le choix entre un téléphone gratuit d’occasion ou garder le mien. J’ai beaucoup réfléchi. C’est fou comme j’ai réfléchi. Pour si peu finalement. Et pour beaucoup en même temps. Car j’aime que mes choix soient cohérents avec tout ce que j’entreprends. Et puis, rappelons l’addiction facile aux smartphones de nos jours.

Le marché de l’occasion ne peut-il pas aussi être lui-même une source de pollution? Ce nouveau téléphone va-t-il m’apporter tant de confort que cela par rapport à l’ancien? Je ne suis toujours pas sur les réseaux sociaux pour le moment. Et je laisse encore mon téléphone chez moi la plupart du temps.

Finalement, je me suis demandé si j’avais réellement de me justifier si j’avais envie d’essayer un nouveau téléphone? En fait non.

La seule grande raison pour laquelle j’ai vraiment hésité, la voici: je trouvais mon ancien téléphone plus beau que le plus récent.

J’ai l’impression que la beauté compte pour moi énormément. Suis-je superficiel? Peut-être bien. Et je m’en fiche. Mouahahahaha.

2 comments

  1. La question existentielle tu as quoi comme téléphone?

    1. Bonjour Farell, je possède désormais un iphone 5s, avant celui-là c’était un iphone 4s

Comments are closed.