Les deux genres de minimalisme

Saviez-vous qu’il existe deux genres de minimalisme ? L’un qui est très progressiste en lien avec la mouvance moderne et un autre plus traditionnel qui remonte à l’Antiquité.

Après plus de six ans d’étude sur ce mode de pensée que j’ai appliqué à ma propre vie, je peux maintenant affirmer que je suis passé par ces deux types de minimalisme différents.

Le minimalisme progressiste et libéral

C’est sûrement le plus en vogue en ce moment et qui est le plus promu finalement. Pourquoi ? Parce qu’il correspond exactement au modèle de société individuelle, libérale, capitaliste et consumériste. Cela paraît étonnant, mais je vais vous expliquer cela en détail.

J’ai commencé à m’immerger dans le minimalisme avec les livres tels que Béa Johnson, Marie Kondo ou Dominique Loreau. Béa Johnson met l’accent sur le côté écologique, bricoleur, économique et elle parle parfois de l’aspect familial de pas sa propre situation. Dominique Loreau explique l’importance d’avoir moins, mais mieux et apporte le côté esthétique à avoir pour les objets qui nous entourent avec une certaine influence spirituelle ou en tout cas un impact sur le mental, notamment dans la fin de son livre lorsqu’elle explique l’importance de ne pas parler de manière négative à propos des personnes qui nous entourent et avoir ainsi un mode de pensée plus positif. Ses influences japonaises portées sur la qualité des détails et de l’équilibre se retrouvent aussi dans les gestes quotidiens comme ne pas attendre pour réparer une fuite d’eau ou une porte qui grince, même si cela peut paraître également quelque chose de très logique en soi. Marie Kondo, avec sa méthode, complète le trio gagnant en s’appuyant sur le plaisir comme critère de sélection dans ses choix, l’émotion est ainsi devenue reine dans cette méthode. Rajoutez à tout cela les Américains The Minimalists et d’autres youtubeurs qui nous expliquent à quel point ils sont heureux en vivant avec une valise cabine et en faisant le tour du monde librement sans attaches matérielles ou immatérielles.

C’est donc avec ces influences que j’ai commencé à vider ma vie dans tous les sens du terme jusqu’à ne plus rien posséder ou presque et même jusqu’à n’être plus rien si ce n’est un électron libre qui virevolte à son gré n’importe où. Je croyais que je pouvais devenir qui je veux en redémarrant à zéro. Lorsque j’ai quitté mon poste d’experts financier pour partir vivre à Berlin, j’ai tout laissé, mon travail, mon logement, ma patrie, mes amis, ma famille. Tout cela pour faire table rase et redémarrer une nouvelle page. Cela paraît merveilleux pour certains, mais ceci est à vrai dire totalement nihiliste. Je vous recommande de lire mes articles résumés des livres de Jean-François Mattéi ou Carlo Strenger . Lorsque je suis revenu à Bruxelles, j’ai ensuite fréquenté des relations qui respiraient le progressisme hystérique à plein nez, le sans frontière, la haine de soi au profit des autres minorités, la disparition des genres, les conflits entre les hommes et les femmes par un féminisme de plus en plus agressif, et le refus d’une spiritualité et de au profit d’une nouvelle ère bien pensante. J’ai même rencontré un jour une personne qui a décidé de se marier avec un inconnu venant d’un autre continent juste pour l’aider à avoir ses papiers et faire « un acte de bonté ». La communauté du pays n’a plus d’importance, le mariage n’a plus d’importance, la spiritualité n’a plus d’importance. Bref, nous faisons ce que nous voulons uniquement par caprice parce que nous pouvons le faire.

Ce mouvement ne parle plus d’une consommation matérielle, mais d’une consommation immatérielle. Certes, il ne s’agit plus d’acheter le dernier smartphone à la mode, mais plutôt de se libérer de toute contrainte et de toute attache, y compris amicalement et sentimentalement.

Il y a donc ici un minimalisme qui tend non plus à l’apurement et au retour à l’essentiel, mais à quasiment une destruction de soi et du monde. Une nouvelle spiritualité dégénérée (voir la vidéo « pourquoi le minimalisme est une religion ») avec sa propre morale et ses propres gourous.

Le minimalisme conservateur

Bien entendu, je ne crache complètement pas sur les papes et papesses modernes du mouvement. Comme indiqué, ce que j’apprécie par exemple chez Béa Johnson, c’est qu’elle fait le lien avec l’aspect familial. Dominique Loreau m’a aussi ouvert les yeux sur l’importance de la beauté quotidienne à avoir autour de soi, même parmi les objets.

Par contre, ce que je ne vois pratiquement jamais ou en tout cas bien trop peu, c’est le fait de tisser des liens forts et durables. Et je ne crois pas que c’est en ayant toute sa vie dans une valise et en étant globbe trotteur à temps plein qu’il est possible de tisser des liens avec des personnes ou une communauté.

« Le bonheur est dans l’amitié » – Épicure

Comme déjà indiqué dans de précédents articles, Épicure, le philosophe de la Grèce Antique, est bel et bien à l’origine du minimalisme. Il était l’un des premiers à prôner une vie simple, à se contenter d’un peu de pain, d’olives et de fromage. Pour lui, le plus important était de vivre avec ses amis. Il n’est pas contre le plaisir, mais il est pour avant tout pour la tempérance. Il est aussi quelqu’un de profondément spirituel, lorsqu’il dit par exemple que les Dieux ne sont pas à craindre.

Cette philosophie prône les liens avant la liberté. Et pas n’importe quelle liberté, la liberté par rapport au plaisir, c’est à dire à ne pas être dépendant d’elle. Nous sommes dans un enracinement avec les autres, un esprit modéré et rationnel. Il peut laisser de la place naturellement à l’émotion, mais elle doit compléter la logique et non pas la dominer. Je fais référence par exemple à la technique de Marie Kondo qui ne se base que sur l’émotion et le plaisir. Je trouve qu’elle doit aussi être complétée d’une notion plus contrôlée et logique.

Je suis donc passé d’abord par la première catégorie, en me détachant de quasi tout: objets, patrie, amis, famille, spiritualité. Et j’ai maintenant découvert que cela ne suffisait pas. La liberté comme but ultime ne m’a pas apporté la sérénité, mais plutôt une impression de perte totale. Depuis peu, je me suis ainsi ré enraciné, et je suis très fier de mes origines.

En sachant d’où je viens, je peux ainsi savoir qui je suis, je peux connaître mes limites, et je peux ainsi savoir où avancer. Je peux continuer à transmettre ce que j’ai reçu: la recherche constante du beau, du bien et du bon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

55  −    =  45