L’espace vide – Peter Brook

En ce moment, je me passionne de plus en plus pour le théâtre. Le livre de Peter Brook est l’un des livres à lire absolument sur ce sujet. Voici les meilleures citations du livre.

Le théâtre rasoir

Le théâtre est devenu une entreprise funéraire.

On pourrait s’attendre à ce que la pièce qui a le plus de succès soit aussi la plus brillante, mais il n’en est rien.

Les gens veulent trouver au théâtre quelque chose de meilleur que la vie.

Dans le théâtre Nô (nom d’une école spécifique), le savoir est transmis oralement de père en fils. C’est alors le sens qui est transmis, et le sens n’appartient pas seulement au passé.

Un mot n’est pas un simple mot. C’est un produit achevé partant d’une impulsion stimulée par l’attitude et la conduite qui entraînent un besoin d’expression.

Le mot est la petite portion visible de tout un univers caché.

Le théâtre est un art autodestructeur. Il est écrit sur le sable.

Toute forme doit être pensée à nouveau et porter les masques des influences qui l’entourent.

Les Américains appellent le “style”, avoir une sensibilité particulière.

Les chanteurs et les danseurs gardent leurs professeurs jusqu’à la fin de leurs jours. Les acteurs, eux, n’ont personne.

Le théâtre sacré

La scène est le lieu où l’invisible devient visible.

Le théâtre répond à un besoin vital: désirer des choses dont on est privé ou se protéger de la réalité.

Aujourd’hui, le théâtre du doute, du malaise, de l’angoisse, de la lucidité semble plus vrai que le théâtre idéaliste.

Nous avons perdu tout sens du rite et de la cérémonie, que ce soit pour Noël, les anniversaires ou les enterrements.

Nous avons oublié le silence, il nous embarrasse même. Nous applaudissons mécaniquement parce que nous ne savons pas quoi faire d’autre. En fait, le silence est permis, il est beau et bon.

Plus que jamais, nous avons soif d’une expérience qui dépasse le quotidien. Certains le recherchent dans le jazz, la musique classique, la marijuana ou le LSD.

Devons-nous passer par une période de saturation par l’image pour que le besoin de la parole émerge à nouveau?

Il y a une certaine joie dans les chocs violents. Le seul inconvénient est que leur effet s’efface.

Le “happening” est un moment d’une pièce, c’est lorsqu’il y a un cri: “réveillez-vous!”. C’est toujours le fruit de l’imagination d’un seul homme.

Le théâtre de Grotowski fait de la pauvreté un idéal. Les acteurs ont tout abandonné, sauf leur propre corps.

On en peut être à la fois ésotérique est populaire.

Le théâtre brut

C’est le théâtre qui n’est pas dans un théâtre.

Une salle de fortune peut être un lieu de rencontre extraordinaire.

Dans la musique, les instruments traditionnels produisent des bruits. Ce sont eux qui humanisent la composition. La musique électronique est obligée de synthétiser les bruits.

Le théâtre brut est proche des gens.

Tout est illusion.

Nous confondons amour et sexe, ainsi que beauté et esthétique.

Le théâtre immédiat

Alors que nous vivons dans des communautés de plus en plus sans limites, les pièces de théâtre, elles, ont le même nombre d’acteurs qu’auparavant.

S’il est difficile de n’avoir qu’un seul but dans la vie, au théâtre, il n’y en a qu’un: travailler en commun.

Contrairement à la vie ordinaire, toute question pratique dans le théâtre est une question artistique. L’esthétique est une question pratique.

à la personne qui veut utiliser ce livre comme un manuel, voici un avertissement: il n’y a pas de recettes, il n’y a pas de méthodes.

Le meilleur des metteurs en scène est le plus mauvais. C’est lorsqu’il permet à la troupe de trouver son énergie elle-même, lorsqu’il n’impose pas sa volonté, qu’il n’a pas trop confiance en lui, lorsqu’il responsabilise l’acteur.

Dire qu’un metteur en scène est inutile, c’est comme dire que les acteurs sont si évolués qu’ils n’ont pas besoin de répétitions.

Il y a un moment pour la discussion, la recherche, l’étude de l’histoire, comme il y a un moment pour hurler, rugir, se rouler par terre.

Je déteste laisser les gens assister aux répétitions. C’est une activité privée, on ne doit pas avoir peur d’être ridicule ou de commettre des erreurs. Parfois, des observateurs extérieurs permettent de créer une tension nouvelle et bienfaisante, ce qui créera une nouvelle concentration.

Dans la vie quotidienne, “comme si” est une évasion, au théâtre, “comme si” est la vérité.

Jouer est un jeu.

Mon avis personnel

Un livre sûrement pour les initiés et qui fait référence à des scènes de Shakespeare encore inconnues pour les débutants. L’écriture est parfois difficile à suivre. J’ai repris les citations que je trouvais vraiment inspirantes tant pour les arts dramatiques que pour la vie quotidienne. Un livre donc intéressant pour les passionnés, toutefois je conseille de commencer avec La formation de l’acteur de Stanislavski (voir mon résumé ici).