Pourquoi le minimalisme est une religion?

Chers frères, chères soeurs, il est temps de vous apporter la bonne parole dominicale. Attention, celle-ce risque de vous secouer.

Ce week-end, je suis tombé sur l’excellente chaîne YouTube de Marketing Mania. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je tombe sur une vidéo qui parle de minimalisme, et pas de n’importe quelle manière. Stan Leloup décrypte de manière très juste l’évolution moderne de cette philosophie qui est passée d’un simple style de vie à une véritable religion avec ses propres gourous et ses codes moraux.

Je vous mets la vidéo tout de suite, elle ne fait que 20 minutes et honnêtement, elle vaut vraiment la peine d’être visionnée.

Un gros business juste pour parler de rangement

Stan caricature volontairement dans sa vidéo, mais au fond, il n’a pas vraiment tort. Le minimalisme, au point de vue pratico-pratique, c’est apprendre à bien ranger. Alors, évidemment il y a aussi d’autres aspects comme moins consommer, se libérer du temps, de l’énergie, de l’argent, prendre plus de plaisir que ce soit matériellement ou avec les personnes qu’on aime. Mais le point d’entrée majeur est en effet apprendre à ranger son intérieur pour ensuite bifurquer vers d’autres aspects de sa vie.

Alors, cela peut paraître en effet complètement surréaliste de créer une activité professionnelle sur le principe d’apprendre aux autres à ranger ses affaires. Stan compare cela à se laver les dents ou à se laver. Je suis d’accord avec lui. Et en même temps, je trouve que ce n’est pas parce qu’il s’agit d’un basique que tout le monde maîtrise cette compétence. Et dans un système économique où la consommation est reine, apprendre aux gens à mieux gérer sa vie serait totalement suicidaire pour toutes les entreprises qui nous vendent du vide, soit 90% quasi d’entre elles.

Consommer moins en consommant plus

L’auteur de la vidéo fait vraiment mouche sur un sujet pertinent. La plupart des gourous du minimalisme apprennent aux gens à avoir moins de possession en créant eux-mêmes énormément de contenus voire même leur propre webshop avec des équipement spécifiques pour minimalistes.

« Les gens sont prêts à payer pour qu’on leur dise de ne rien acheter »

Allez jeter un oeil sur la boutique online de Marie Kondo, non pas pour acheter, mais vous rendre compte de l’absurdité que cette personne transmet en vendant des centaines d’objets pour la maison. Elle n’est pas la seule, de nombreux sites sur ce thème vendent également des formations ou d’autres produits similaires.

Pourquoi font-ils cela? Je pense qu’ils croient honnêtement à ce qu’ils font et je dirais même que je suis d’accord avec le principe de vendre de la qualité plutôt que de la quantité. J’ai même été tenté moi-même de vendre quelques produits sur ce blog. La plupart de nos jobs sont tellement inutiles que travailler en prônant ce mode de vie devient vraiment tentant. C’est vrai, le minimalisme est une véritable passion pour les adeptes que cela devient presque un rêve d’en vivre.

J’ai donc une certaine admiration pour ces personnes qui ont pu créer un véritable business autour de cette philosophie même si cela me fait penser à Jésus Chris qui commence à vendre des bouteilles de vin pour faire parler du christianisme.

Le minimalisme est une religion

« Salut, je suis minimaliste » voila comment commence la biographie de certaines personnes ayant adopté ce mode de vie. Quand on y regarde bien, cela prouve que le minimalisme est devenu une part importante de l’identité, au point de le mettre en premier lieu dans une phrase.

Joshua Becker, célèbre minimaliste américain, explique que le minimalisme peut aider à trouver un sens dans sa vie tout en faisant attention « aux motivations pures et impures ». Je ne m’en étais jamais rendu compte auparavant, mais en effet, tout cela est bien digne d’un culte.

Un autre exemple avec Joshua Fields Millburn, qui explique avoir perdu sa mère et avoir divorcé dans le même mois, mais qui explique rester heureux grâce au minimalisme. Une nouvelle preuve de la force spirituelle de cette philosophie.

« Les minimalistes ne sont pas détachés de leur possession. Au contraire, ils sont obsédés par ce qu’ils possèdent. »

« Poussé à son extrême, le minimalisme n’est pas le détachement de ses possessions. C’est le fétichisme des quelques possessions qu’il vous reste. »

Est-ce bien ou mal?

Finalement, est-ce bon ou mauvais de considérer le minimalisme comme une religion? Je crois que le plus important en tout cas est de s’en rendre compte et de ne pas tomber dans une certaine forme d’hystérie. Après tout, les objets ne restent que des objets. Épicure disait que le bonheur réside dans l’amitié et je crois que c’est cela le plus important.

En tant qu’être humain, je crois que nous avons besoin de transcendance, nous avons besoin de spiritualité. Et il est tout à fait normal que certaines personnes se tournent vers le minimalisme comme une nouvelle forme de spiritualité. J’en ai sûrement fait partie à un moment donné, peut-être encore même aujourd’hui. Un peu moins certainement, car je suis personnellement orthodoxe et donc considérer deux religions à la fois me paraît difficile, mais je compare plutôt le minimalisme à une philosophie. Un peu comme celle d’Épicure lorsque lui-même était de toute manière polythéiste et vénérait Zeus et ses autres amis du mont Olympe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

60  ⁄    =  10