Le Wabi-sabi

Non, il ne s’agit pas d’une épice dans les restaurants asiatiques. Découvrez cette philosophie japonaise ancestrale.

La perfection est dans l’imperfection

Le Wabi-sabi est une philosophie millénaire que les Japonais ont adoptée dans leur vie au quotidien et dans les arts. Il s’agit d’un concept esthétique qui recherche la beauté dans l’imperfection, l’irrégulier.

Les objets créés à partir de cette manière de penser sont souvent artisanaux, faits à la main, avec un style très simple et des matériaux naturels. Les précédés se veulent respectueux pour l’environnement, pour l’utilisateur et le producteur. Ils sont respectueux à la fois matériellement comme les outils utilisés et la protection de la nature, mais aussi immatériellement comme le fait de prendre le temps qu’il faut pour concevoir un produit ou un service.

Accepter l’irrégulier et le temporaire

Une couverture avec une couleur irrégulière, un bol avec un bord légèrement ondulé, un jardin avec des branches qui dépassent. Le Wabi-sabi accepte la diversité et l’irrégularité. Il ne s’agit pas de le faire volontairement, mais simplement de ne pas rechercher à être complètement parfait. C’est accepter d’avoir des défauts. Rappelons par exemple que l’être humain n’est pas totalement symétrique. Les yeux ne sont pas totalement égaux, les pieds ont des tailles différentes, les grains de beautés sont disposés de manière aléatoire.

Le temporaire est accepté. L’immortel n’existe pas et c’est très bien. Tout est organique. Tout se modifie constamment. Un jour il pleut, un autre pas. Les feuilles des arbres tombent en automne. Un jour, nous sommes amis, un autre nous le sommes moins. Un jour nous nous aimons, un autre pas.

C’est cette acceptation qui rend beau et attrayant. C’est être simple, modeste, discret tout en gardant une discipline, un respect et une recherche du long terme et du durable.

Pour aller plus loin

Article de bonnegueule
Le magasin Wabi-sabi à Bruxelles

Dans les prochains articles, vous découvrirez aussi la philosophie scandinave Hygge et l’attitude italienne de la Sprezzatura.

SaveSave

SaveSave