La lumière n’est rien sans l’obscurité

“Pour pouvoir dire qu’on est heureux, il faut vivre aussi des moments malheureux”. C’est ce que j’ai entendu ce jour. Pour savourer la lumière, il faut connaître l’obscurité. Faut-il n’être ni heureux ni malheureux, juste bien?

“Es-tu une personne du matin ou du soir”. Je suis une personne du soir. J’aime le monde de la nuit. C’est un autre monde. Une énergie différente. J’ai l’impression de pouvoir être moi-même durant la nuit. Ou d’être n’importe qui d’autre.

En Europe dans les arts martiaux, les élèves osent remettre en question leur maître. En orient, ils n’oseraient jamais. Quelle est la bonne manière. Mon professeur de Wing Chun m’a dit “Tu choisis ton maître. Tu dois donc lui faire confiance”.

Je pense de plus en plus à vivre dans une Tiny-House. Ces petites maisons sont tellement efficientes. Tout est à porté de bras. Je n’aime pas faire de longues distances dans une habitation juste pour aller chercher un verre d’eau, aller dans la salle de bain ou fouiller sa garde-robe.

Cette après-midi, j’ai écrit une lettre à une personne proche. Pour me libérer. J’ai écrit cette lettre et je l’ai ensuite brûlée. Car le message m’était d’abord destiné. “Nous avons toutes les clés en nous” quelqu’un m’a dit.

Une amie m’a raconté l’histoire de deux loups. Un blanc et un noir. Le blanc symbolise la pureté, la bienveillance. Le noir est l’espiègle, le malin. Le bon et le méchant. La morale de l’histoire dit que nous avons tous en nous ces deux loups. Et il nous faut choisir qui nourrir.

Je crois que les deux doivent être nourris autant. C’est cela le Yin et le Yang. Le bonheur n’existe pas sans malheur.

SaveSave

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *