J-63 La patience, c’est dépassé

Les jours passent et je me rapproche de plus en plus de l’échéance. Tout s’éclaircit au fur et à mesure. J’écoute radio BBC. Ils parlent de foot. Je déteste le foot.

Je me sens débordé. Sans m’en rendre compte, j’ai remplacé mes objets par un max d’immatériel. La liste complète de ce que dois faire en ce moment: préparer l’Après dans soixante-trois jours, chanter dans une chorale, faire des formations sur le minimalisme, lire un livre en anglais sur le design, écrire des articles pour le blog, faire des vidéos pour le blog (c’est un secret donc ne le dites à personne), courir avec un ami.

Et si je pouvais, je rajouterais: prendre des cours d’anglais, d’allemand, de wing chun et de sumi-e. Je vous laisse qwanter les deux derniers. Qwanter, c’est googler mais sur Qwant. Oui, je reçois cent mille dollars à chaque fois que je cite leur nom dans un article. Qwant. Qwant. Qwant.

Sur le trottoir, je vois deux clochards se croiser. L’un demande à l’autre “Vous avez une cigarette svp monsieur?”. “Je n’ai pas!” Dit l’autre. Je vois le premier dire merci et commencer à tousser et à cracher un morceau de son poumon par terre. Ça bougeait encore.

Une amie m’a rappelé qu’il faut être patient dans la vie. Je déteste attendre. Une collègue m’a dit que je faisais partie de la génération “z”. (Je suis resté coincé dans l’écriture de cet article en écoutant un Indien parler l’anglais sur BBC). Bref, je m’en fiche de savoir dans quelle génération je suis. Et je déteste me mettre dans une boîte. L’accent indien, ça me rappelle la série The Big Bang Theory.

Je demande l’avis de ceux qui m’entourent pour la décision que je prendrai. Certains sont pour, certains sont contre. Bizarrement, je préfère ceux qui sont de mon avis. Demander l’avis des gens, ça ne sert à rien finalement. Sauf à se réconforter. Et dans tous les cas, quelle que soit la décision finale, il y aura toujours des gens qui attendront que ça se passe autrement pour dire “Tu vois, j’avais raison”. L’opportunité parfaite pour refaire un tri dans son répertoire téléphonique.

Je crois que ce dernier paragraphe était assez dur à comprendre. Je vais apprendre à être plus patient encore. J’hésite à le réécrire. J’ai envie d’un morceau de chocolat. Qwant.

6 comments

  1. “Demander l’avis des gens, ça ne sert à rien finalement. Sauf à se réconforter.”

    Biais de confirmation ?

    Répondre

  2. hello greg,

    Non le dernier paragraphe n’est absolument pas dur à comprendre:
    Vas bouffer ton bocal de bon chocolat.
    Ecouter l’avis des autres???Ecoute ce dont tu as envie,avec ton coeur.
    Si tu ne le fais pas, tu te sentiras très frustré.
    Ne mets pas ta vie en danger. Fais confiance en ton jugement.

    Mais fais toi accompagner d’un professionnel de la santé parce qu’il me semble que tu ne vas pas très bien

    Bizz le pertubé.

    Répondre

    1. Toujours écouter son instinct, tu as bien raison Geneviève.
      Merci pour le conseil mais je crois que c’et déjà trop tard. Je suis déjà complètement fou (et j’adore ça)

      Répondre

  3. Ne voulais-tu pas écrire, la pas science????
    Ca existe ce mot “patience”????
    voudrais-tu m’en donner une définition non exhaustive??
    Avoir de la patience… c’est ce qu’on demande aux enfants sous prétexte de leur apprendre à “attendre”, parce que la vie ne nous donne soit-disant pas tout tout-de-suite.
    Ben, là encore une terrible manipulation.
    La vie nous donne immédiatement ce dont nous avons besoin, par contre c’est bien à nous de savoir et de comprendre ce dont nous avons besoin au moment présent; et non ce dont nous avons besoin, ou ce que nous attendons en réponse à nos frustrations.

    Répondre

    1. Tout est là devant nous. Et on ne le voit pas. Ou on ne veut pas le voir. Certains côtés de l’éducation peuvent parfois freiner les enfants, amener des barrières et des peurs qui resteront jusqu’à l’âge adulte.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *