Le regard de l’Europe – Jean-François Mattéi

Qu’est-ce que cela signifie être européen? Le philosophe Jean-François Mattéi nous répond lors d’une conférence universitaire. Voici mes notes personnelles.

Depuis 1492, toutes les plus grandes inventions ont été européennes, sans exception. L’idée de la civilisation est elle-même européenne. L’Europe s’est ainsi imposé dans le monde entier. Et aujourd’hui, on reproche à l’Europe le fait qu’elle se soit étendue. Le regard de l’européen est vide, il ne trouve plus de moyen de s’exprimer, le regard est dit theoria en grec. Lire le résumé du livre Le regard Vide.

Le nom-même d’Europe tire ses origines hors du continent. Europe est née à Tire, est enlevée par Zeus et expatriée en Crète qui était asiatique à ce moment-là. L’Europe ne tire pas son nom d’elle-même, elle est déjà une identité transgressive, une poussée hors de soi pour conquérir d’autres rivages. Quand on parle de la colonisation européenne, on ne voit que l’aspect militaire, financier ou économique. Mais il s’agit d’un besoin de découverte avant tout, pour porter son regard vers autre chose que soi, de transgresser les limites.

Transgresser les limites est un vieux rêve occidentale, que ce soit par les pays, les planètes ou l’univers. L’idée grecque est un regard qui ne s’arrête pas à l’horizon. Tout scientifique européen, poète, peintre, a un regard théorique.

Les caractéristiques de la civilisation européenne

  1. L’éducation libre. Le terme école vient de scole qui signifie un temps d’arrêt dans les affaires de la cité. Seuls les Grecs avaient des écoles. Ce qui est différent de l’éducation, comme apprendre à pêcher. Il s’agit plutôt d’une éducation libre et intellectuelle.
  2. La pensée européenne se base sur des principes et non pas sur des valeurs. Les valeurs sont réservées à la bourse, c’est un terme économique qui a été introduit à partir du 19e siècle. Le terme principe vient de axioma qui signifie dignité.
  3. La civilisation européenne émet des théorèmes
  4. La pensée se base sur une méthode (comme Descarte), une procédure rationnelle et progressive

La pensée européenne intellectualise tout sous forme de théorème ou théorie, un regard porté sur la réalité pour la comprendre de manière empirique. Plus tard, ce sont les romains qui ont créé l’idée de l’homme universel.

Pour les Grecs, seuls les hommes libres ne travaillent pas. Dans notre monde contemporain, les salariés ne seraient pas considérés comme libre. Un citoyen de la Grèce Antique dirait aujourd’hui que l’esclavage a triomphé.

La devise espagnole est « plus ultra », ce qui signifie « plus outre », hors des limites.

L’Europe n’est pas juste un espace de libre échange économique, une administration ou une histoire. L’Europe est une identité, une culture, et les crises politiques continueront à apparaître tant que cette identité ne sera pas maîtrisée.

« L’identité européenne, c’est un héritage qui n’est précédé d’aucun testament » – René Char

L’identité européenne, c’est un héritage qui n’est précédé d’aucun testament. Il n’y a dès lors aucune transmission nommée possible et c’est cela qui manque aujourd’hui.

Si vous voulez connaître les hommes, il faut regarder auprès de vous. Si vous voulez connaître l’Homme, il faut regarder au loin. – Rousseau

Le regard est toujours excentré de lui-même et du sujet sur lequel il se pose. Il faut toujours plus de théorie, aller dans le plus ultra.

L’Europe est en panne d’idée, d’imagination. L’Europe est constamment en auto accusation et c’est ce qui lui cause en même temps du tort.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  −  1  =  1