Pourquoi le changement climatique n’est pas notre plus grand problème et pourquoi la technologie ne nous sauvera pas

Voici une lettre ouverte écrite par le conférencier et écologiste Richard Heinberg.

Le lien original se trouve ici.

La traduction française:

Notre principal problème écologique n’est pas le changement climatique. C’est un dépassement, dont le réchauffement climatique est un symptôme. Le dépassement est un problème systémique. Au cours des cent cinquante dernières années, d’énormes quantités d’énergie bon marché provenant de combustibles fossiles ont permis la croissance rapide de l’extraction, de la fabrication et de la consommation de ressources, ce qui a entraîné une augmentation de la population, la pollution et la perte d’habitats naturels et donc de biodiversité.

Le système humain s’est développé de façon spectaculaire, dépassant la capacité de charge à long terme de la Terre pour les humains tout en perturbant les systèmes écologiques dont nous dépendons pour notre survie. Tant que nous n’aurons pas compris et résolu ce déséquilibre systémique, le traitement symptomatique (faire ce que nous pouvons pour renverser les dilemmes de la pollution comme le changement climatique, essayer de sauver les espèces menacées et espérer nourrir une population croissante avec des cultures génétiquement modifiées) constituera une série de mesures palliatives sans fin et frustrantes qui sont destinées à échouer.

Le mouvement écologique des années 1970 a bénéficié d’une forte infusion de pensée systémique, alors en vogue (l’écologie – l’étude des relations entre les organismes et leur environnement – est une discipline intrinsèquement systémique, par opposition à des études comme la chimie qui visent à réduire les phénomènes complexes à leurs composantes). Par conséquent, bon nombre des meilleurs rédacteurs environnementaux de l’époque ont formulé la situation difficile de l’homme moderne en des termes qui révèlent les liens profonds entre les symptômes environnementaux et le mode de fonctionnement de la société humaine. Limits to Growth (1972), une conséquence de la recherche sur les systèmes de Jay Forrester, a étudié les interactions entre la croissance démographique, la production industrielle, la production alimentaire, l’épuisement des ressources et la pollution. Overshoot (1982), de William Catton, a nommé notre problème systémique et décrit ses origines et son développement dans un style que toute personne alphabète pourrait apprécier. Beaucoup d’autres excellents livres de l’époque pourraient être cités.

Toutefois, au cours des dernières décennies, alors que les changements climatiques ont pris le dessus sur les préoccupations environnementales, on a assisté à un changement significatif dans la discussion. Aujourd’hui, la plupart des rapports sur l’environnement sont axés sur le changement climatique, et les liens systémiques entre celui-ci et d’autres dilemmes écologiques de plus en plus graves (tels que la surpopulation, l’extinction d’espèces, la pollution de l’eau et de l’air, la perte de terre végétale et d’eau douce) sont rarement soulignés. Ce n’est pas que le changement climatique n’est pas un problème. En tant que symptôme, c’est un vrai doozy. Il n’y a jamais rien eu de semblable, et les climatologues et les groupes de défense des droits liés à la lutte contre le changement climatique ont raison de sonner l’alarme le plus fort. Mais notre incapacité à replacer le changement climatique dans son contexte pourrait bien être notre perte.

Pourquoi les rédacteurs en environnement et les organismes de défense de l’environnement ont-ils succombé à une vision étroite ? Peut-être est-ce simplement parce qu’ils supposent que la pensée systémique dépasse les capacités des décideurs. C’est vrai : si les climatologues s’adressaient aux dirigeants du monde avec le message suivant : “Nous devons tout changer, y compris l’ensemble de notre système économique, et rapidement”, on pourrait leur montrer la porte assez brutalement. Un message plus acceptable est : “Nous avons identifié un grave problème de pollution, pour lequel il existe des solutions techniques.” Bon nombre des scientifiques qui ont reconnu la nature systémique de notre crise écologique ont peut-être conclu que si nous parvenons à résoudre cette crise environnementale, nous pourrons gagner du temps pour nous occuper des autres qui attendent dans les coulisses (surpopulation, disparition d’espèces, épuisement des ressources, etc.).

Si le changement climatique peut être considéré comme un problème isolé pour lequel il existe une solution technologique, les esprits des économistes et des décideurs peuvent continuer à brouter dans des pâturages familiers. La technologie – dans ce cas-ci, les générateurs solaires, éoliens et nucléaires, ainsi que les batteries, les voitures électriques, les pompes à chaleur et, en cas de panne, la gestion du rayonnement solaire par aérosols atmosphériques – centre notre réflexion sur des sujets comme les investissements financiers et la production industrielle. Les participants à la discussion n’ont pas besoin de développer la capacité de penser de façon systémique, ni de comprendre le système terrestre et comment les systèmes humains s’y intègrent. Tout ce qu’il leur faut, c’est la perspective de déplacer certains investissements, de fixer des tâches pour les ingénieurs et de gérer la transformation industrielle et économique qui en résultera, de manière à ce que les nouveaux emplois dans les industries vertes compensent les emplois perdus dans les mines de charbon.

La stratégie consistant à gagner du temps avec une solution technique suppose soit que nous serons en mesure d’instaurer un changement systémique à un moment donné dans l’avenir, même si nous ne pouvons pas le faire maintenant (un argument faible à première vue), soit que le changement climatique et toutes nos autres crises symptomatiques se prêteront en fait à des solutions technologiques. Cette dernière voie de réflexion est à nouveau confortable pour les gestionnaires et les investisseurs. Après tout, tout le monde aime la technologie. Il fait déjà presque tout pour nous. Au cours du siècle dernier, elle a résolu une foule de problèmes : elle a guéri des maladies, augmenté la production alimentaire, accéléré les transports et nous a fourni des informations et des divertissements en quantités et variétés inimaginables auparavant. Pourquoi ne serait-il pas capable de résoudre le changement climatique et tous nos autres problèmes ?

Bien sûr, ignorer la nature systémique de notre dilemme signifie simplement que dès qu’un symptôme s’accumule, un autre risque de se déchaîner. Mais, surtout, le changement climatique, considéré comme un problème isolé, est-il entièrement traitable par la technologie ? J’en doute fort. Je dis cela après avoir passé de nombreux mois à examiner les données pertinentes avec David Fridley du programme d’analyse énergétique du Lawrence Berkeley National Laboratory. Notre livre, Our Renewable Future, a conclu que l’énergie nucléaire est trop coûteuse et trop risquée ; pendant ce temps, l’énergie solaire et l’énergie éolienne souffrent toutes deux d’intermittence, ce qui (une fois que ces sources commenceront à fournir un pourcentage important de l’énergie électrique totale) nécessitera une combinaison de trois stratégies à grande échelle : le stockage d’énergie, la capacité redondante de production et l’adaptation de la demande. En même temps, dans les pays industrialisés, nous devrons adapter à l’électricité la majeure partie de notre consommation actuelle d’énergie (qui se produit dans les processus industriels, le chauffage des bâtiments et les transports). Dans l’ensemble, la transition énergétique promet d’être une entreprise énorme, sans précédent dans ses exigences en matière d’investissement et de substitution. Lorsque David et moi avons pris du recul pour évaluer l’énormité de la tâche, nous ne voyions aucun moyen de maintenir les quantités actuelles de production mondiale d’énergie pendant la transition, et encore moins d’augmenter l’approvisionnement énergétique pour alimenter la croissance économique actuelle. Le plus grand obstacle transitoire est l’échelle : le monde consomme actuellement une énorme quantité d’énergie ; ce n’est que si cette quantité peut être considérablement réduite, en particulier dans les pays industrialisés, que nous pourrons imaginer une voie crédible vers un avenir post-carbone.

La réduction de l’offre mondiale d’énergie aurait pour effet de réduire également les processus industriels d’extraction des ressources, de fabrication, de transport et de gestion des déchets. Il s’agit d’une intervention systémique, exactement du genre de celle que réclamaient les écologistes des années 1970, qui ont inventé le mantra “Réduire, réutiliser et recycler”. Elle va au cœur du dilemme du dépassement, tout comme la stabilisation et la réduction de la population, une autre stratégie nécessaire. Mais c’est aussi une notion à laquelle les technocrates, les industriels et les investisseurs sont fortement allergiques.

L’argument écologique est, au fond, un argument moral, comme je l’explique plus en détail dans un manifeste qui vient d’être publié et qui regorge d’encadrés et de graphiques (” There’s No App for That : Technology and Morality in the Age of Climate Change, Overpopulation, and Biodiversity Loss”). Tout penseur de systèmes qui comprend le dépassement et prescrit la mise hors tension comme un traitement s’engage efficacement dans une intervention avec un comportement addictif. La société est dépendante de la croissance, ce qui a des conséquences terribles pour la planète et, de plus en plus, pour nous aussi. Nous devons changer notre comportement collectif et individuel et abandonner quelque chose dont nous dépendons – le pouvoir sur notre environnement. Nous devons nous retenir, comme un alcoolique qui renonce à l’alcool. Cela exige de l’honnêteté et un examen de conscience.

À ses débuts, le mouvement écologiste a fait valoir cet argument moral, et cela a fonctionné jusqu’à un certain point. L’inquiétude suscitée par la croissance rapide de la population a conduit à des efforts de planification familiale dans le monde entier. Les préoccupations au sujet du déclin de la biodiversité ont mené à la protection de l’habitat. Les préoccupations relatives à la pollution de l’air et de l’eau ont donné lieu à une multitude de règlements. Ces efforts n’étaient pas suffisants, mais ils ont montré que le fait de formuler notre problème systémique en termes moraux pourrait obtenir au moins une certaine traction.

Pourquoi le mouvement environnemental n’a-t-il pas pleinement réussi ? Certains théoriciens se nomment maintenant ” verts brillants ” ou ” éco-modernistes ” et ont complètement abandonné le combat moral. Ils justifient cette décision par le fait que les gens veulent une vision de l’avenir qui soit joyeuse et qui ne nécessite pas de sacrifices. Maintenant, disent-ils, seule une solution technologique offre de l’espoir. Le point essentiel de cet essai (et de mon manifeste) est simplement que, même si l’argument moral échoue, une solution technique ne fonctionnera pas non plus. Un investissement gargantuesque dans la technologie (qu’il s’agisse de la prochaine génération d’énergie nucléaire ou de la géo-ingénierie du rayonnement solaire) est annoncé comme notre dernier espoir. Mais en réalité, ce n’est pas du tout un espoir.

La raison de l’échec du mouvement écologiste jusqu’à présent n’était pas qu’il faisait appel aux sentiments moraux de l’humanité – c’était en fait la grande force du mouvement. L’effort n’a pas été suffisant parce qu’il n’a pas réussi à modifier le principe d’organisation central de la société industrielle, qui est aussi son défaut fatal : sa poursuite acharnée de la croissance à tout prix. Aujourd’hui, nous en sommes au point où nous devons enfin réussir à vaincre le croissancenisme ou faire face à l’échec non seulement du mouvement environnemental, mais aussi de la civilisation elle-même.

La bonne nouvelle, c’est que le changement systémique est fractal par nature : il implique, voire exige, une action à tous les niveaux de la société. Nous pouvons commencer par nos propres choix et comportements individuels ; nous pouvons travailler au sein de nos communautés. Nous n’avons pas besoin d’attendre un changement cathartique mondial ou national. Et même si nos efforts ne peuvent “sauver” la civilisation industrielle consumériste, ils pourraient encore réussir à planter les graines d’une culture humaine régénératrice digne de survie.

Il y a d’autres bonnes nouvelles : Une fois que nous, les humains, choisissons de limiter notre nombre et notre taux de consommation, la technologie peut nous aider dans nos efforts. Les machines peuvent nous aider à suivre nos progrès et il existe des technologies relativement simples qui peuvent nous aider à fournir les services nécessaires avec moins d’énergie et de dommages environnementaux. Certaines façons de déployer la technologie pourraient même nous aider à assainir l’atmosphère et à restaurer les écosystèmes.

Mais les machines ne peuvent pas faire les choix clés qui nous mettront sur la voie du développement durable. Le changement systémique induit par l’éveil moral : ce n’est pas seulement notre dernier espoir ; c’est le seul véritable espoir que nous ayons jamais eu.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator