Jour 24 – Le stylo-bille magique

En Afrique, tu ne maries pas une femme ou un homme. Tu maries une famille. C’est ce que m’a dit quelqu’un de cette culture. C’est dur à gérer tout ça. Heureusement, pour compenser, il y a la polygamie, les alligators et les mini Tours Eiffel.

19h28: “Monsieur, c’est le terminus!”. La contrôleuse de train me réveille. C’est toujours la misère de dormir dans le train. D’abord, tu dois garder ton sac à dos près de toi pour pas qu’on le vole. Tu l’utilises alors comme doudou. D’accord, quand on est minimaliste, on n’a pas beaucoup d’objets à voler et on relativise car “ce ne sont que des objets”. Personnellement, je pique une crise si je perds ou si on me vole un objet. Pas parce que j’y suis attaché. Mais parce que je déteste faire du shopping pour le remplacer. Imaginez si on vous vole votre chien, ou votre enfant. C’est embêtant.

Je ne prends jamais de stylo-bille quand je prends le train. Même si j’en ai besoin à chaque fois. D’abord, je n’en ai pas. Et ensuite, c’est une opportunité de discuter avec quelqu’un. Cette fois, c’était un stylo-bille d’Hilton. Et il écrivait sacrément bien. C’est chaque fois une rencontre différente.

J’adore avoir un clean desk. Mais l’inconvénient quand tu n’as rien sur ton bureau mis à part l’ordinateur et un stylo, tes collègues ont l’impression que tu n’as rien à faire. Du coup, ils peuvent t’interrompre plus souvent voire mettre des affaires sur ton bureau. Je déteste quand on empiète sur mon territoire. C’est comme dans le frigo, chacun à son étagère. Quand je vois un chou qui ne m’appartient pas, je le renvoie illico presto. Alors, pour donner l’impression de bosser, tu mets plein de dossiers ouverts et inutiles, des dictionnaires, un bottin téléphonique et quelques magazines sur la bourse. Et de temps en temps, tu les bouges de place. Et puis tu fais semblant d’écrire un email dans la barre recherche de YouTube.

Je lis un article sur Einstein et la créativité. Pour devenir créatif et trouver des réponses, il faut être en action. Et plus précisément, produire. Produire n’importe quoi, mais produire quelque chose, maintenant et peu importe la qualité. Que ce soit du chant, de la photographie, du dessin, des connexions avec des personnes, des témoignages, il faut créer pour rester en éveil. Là, il est minuit trente, je vais aller créer un rêve sous la couette.

Ce que je ne vous ai pas dit:
Un raccourci magique à connaître sur son ordinateur
Quel est le lien entre la visite chez ma famille et mon voyage en Suisse ce week-end
Quel est le meilleur restaurant grec de la planète

 

2 comments

  1. Quel mois riche en article ! C’est le petit plaisir que j’ai après ma journée de travail 🙂 J’aime beaucoup l’humour que vous mettez dans vos mots.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *