Les origines du minimalisme

Mais d’où vient le minimalisme au fait? Allez, je vous donne un indice: YASSAAAASS!

Je déteste les cours d’histoire alors on sera bref et efficace.

Le minimalisme est surtout connu pour l’instant au point de vue artistique. Il a débarqué au vingtième siècle, assez tard donc. Les artistes les plus connus sont Donald Judd, Frank Stella ou Yves Klein avec ses fameuses toiles monocouleur. C’est même l’architecte allemand Mies Van der Rohe qui a inventé le fameux “Less is More”.

Mais le mouvement artistique n’est pas le sujet de cet article. Ici, on parle du minimalisme au point de vue manière de vivre. Même s’il y a naturellement un lien étroit. Le mouvement artistique est une réaction à l’expressionnisme et au pop art (j’espère que vous êtes toujours là. Courage, la partie histoire est bientôt terminée). Ces deux courants sont remplis de détails, de couleurs, de désordre, de chaos et surtout ça part dans tous les sens. Avec le minimalisme, c’est l’inverse.

Action, réaction

Comme dans l’art, le minimalisme que nous connaissons est aussi une réaction à la surconsommation, la surinformation et la surconnection. Son terme a été repris du mouvement artistique et il est maintenant répandu à travers le monde occidental. Il fait aussi référence à la sobriété heureuse ou à la simplicité volontaire. Mais est-il seulement apparu depuis peu?

Le berceau de la civilisation

En Europe, on l’oublie, mais le minimalisme a ses premières origines au temps des anciens Grecs. C’est Épicure qui fonde l’épicurisme en 306 avant Jésus-Christ, l’une des plus grandes philosophies de l’Antiquité. En gros, c’est rechercher le bonheur et la sagesse pour atteindre la tranquillité de l’âme. Et cela passe par se satisfaire de ce qu’on a et de ce qu’on est aujourd’hui et vivre en communauté.

Sa doctrine se base sur quatre principes:
– On ne doit pas craindre les dieux
– On ne doit pas craindre la mort
– On peut atteindre le bonheur
– On peut supprimer la douleur

Il encourage le plaisir tout en mettant en garde son abus qui peut mener à la souffrance. Épicure défend un mode de vie rempli de plaisirs variés et de prudence. Il met en garde contre l’amour et la passion. Il favorise plutôt l’amitié solide et forte. Et non pas seulement l’indépendance.

En même temps, un autre mouvement voit le jour: le stoïcisme. Il a été rendu connu surtout par Zénon de Kition, Sénèque et l’empereur romain Marc Aurèle.

Le stoïcisme est basé sur le principe suivant. Dans la vie, il y a une partie sur laquelle on a de l’influence et où l’on peut agir. Et il y a une autre partie qu’on ne peut contrôler et qu’on doit apprendre à accepter. C’est en acceptant cette deuxième partie qu’on peut atteindre le bonheur.

Le but de cette philosophie est de supprimer les troubles en évitant la passion. Il s’agit surtout d’un mode de vie basé sur la raison, centré sur la méditation et l’osmose avec la nature. On dit que quelqu’un est stoïque, car il garde les pieds sur terre, il reste marbre par rapport aux conditions difficiles, la peur ou la douleur.

Un mix du meilleur

Le minimalisme d’aujourd’hui a certainement des bases dans ces deux philosophies. Je le rapprocherais même davantage à celui d’Épicure. Le plaisir est une partie intégrante de la vie. Comme dans tout, c’est l’excès qui est dangereux. Il suffit juste de pouvoir doser, varier et se préparer aux conséquences. Je suis aussi d’accord sur le fait qu’on ne puisse pas toujours tout contrôler dans sa vie et qu’il nous faut l’accepter. Mais je ne partirais pas tout de suite sur ce principe. J’essaierais d’abord d’agir et d’avancer avant de déclarer qu’il n’est pas possible de changer une situation.

Une remarque aussi très intéressante est que l’un des pionniers du stoïcisme est Marc Aurèle, un des plus grands conquérants de l’histoire. Comme quoi, adopter une vie simple, éviter le plus possible les passions et accepter sa situation, c’est toujours une question de point de vue personnel.

9 comments

  1. Bonsoir,
    Juste une petite correction…Yves Klein ne fait pas parti du mouvement minimaliste (même s’il a travaillé sur le monochrome) mais des Nouveaux Réalistes. Les théories des deux mouvements sont assez différentes…voilà, voilà…:)

    1. Merci Sophie pour cette précision. Il est considéré comme l’un des pionniers du minimalisme avec le monochrome mais il est bien considéré comme un Nouveau Réaliste. Ça me donne envie de peindre maintenant.

  2. Hello Greg,
    J’ai lu 3 fois ton article.Très intéressant au point de vue historique.
    J’ai l’impression que dans le minimalisme, il y a un trou de 2000 ans.
    Why?religions, envie de pouvoir ,appât des gains???
    Qui connait encore les philosophes grecs, les citations latines pleines de bon sens,à part les illuminés comme nous?

    Y a t il encore de minimalistes????
    Oui,quelques membres de ma famille,mon homme et 2 ou 3 amis.
    Le reste c’est le contraire.
    Ils paniquent et râlent parce que (au choix)
    -ils doivent payer un P.V. (ils n’ont qu’a respecter les lois)
    -leur téléviseur tombe en panne (se passer de téloche pendant 2 jours, quel drame)
    -les dieux du ciel me sont tombés sur la tête(non, c’est juste les petits tracas de la vie)
    -je vais mourir,j’ai une appendicite (ah bon?)de toute façon, nous mourrons un jour.
    – J’ai très mal au crâne, vite 3 Dafalgan (couche toi détends toi et va prendre de l’air)
    -Je ne peux pas être heureux:le voisin a une plus belle voiture,je ne pars pas en croisière,je ne sais pas m’offrir le sac Prada de mes rêves.
    Et alors?????

    Alors, le bonheur est vraiment ailleurs, dans des choses simples:une balade à la campagne, le sourire d’un enfant,une musique, un bon livre.

    Cela, c’est ma philosophie,et c’est assez perturbant de ne rencontrer que des gens mécontents ,amers et jaloux du bonheur des autres

    1. Merci pour ce feedback. Je crois que le minimalisme s’est en effet parsemé ou a pris différentes formes depuis. Mais cette ancienne philosophie revient doucement tout en s’adaptant au monde moderne. J’adore tes différents exemples. Les gens sont en fait victimes de mauvaises habitudes et d’idées qu’on leur a mises en tête.

      Je suis curieux de savoir ce que ferait Épicure de nos jours. Il se baladerait toute la journée dans un grand drap blanc et mangerait des olives avec un peu de feta. Ou il créerait une startup pour vendre ses draps avec son logo dessus tout en parcourant le monde et en buvant du vin ^^ Il se pourrait qu’il prenne aussi du Dafalgan, le lendemain de fêtes bien arrosées.

      Rassure-toi, on va rassembler le gratin des minimalistes et profiter de choses simples. Comme se balader au milieu de la campagne accompagné d’un petit Rosso Del Soprano d’une main et de Julia Fischer de l’autre.

    2. Un week end je me suis retrouver sans téléphone , applications ou quoi que ce soit juste avec mes amis en pleine campagne à rire et manger en plein en air ça été là un merveilleux moment . En rentrant chez moi avec le sourire au lèvres j’avais aucune envie d’allumer mon téléphone et ma tv juste lire un bon livre et écrire . Un bonheur simple et naturel .

  3. hello Greg,

    D’abord Epicure ne prendrait pas du Dafalgan, mais mâcherait de l’écorce de saule qui contient de l’acide salycilique(précurseur de l’aspirine) .
    Pourquoi ne prendrait il pas aussi un peu de feuilles de vigne,de l’huile d’olive ,de petits slouvaquis, de dattes et de figues???
    Puis il ferait probablement comme l’a conseillé Ovide. “Tityre( dans ce cas Epicure) tu patulae recubans sub tegminé fagui”. Bref, il fera la sieste sous un arbre ombragé.Comme les minimalistes.Attention aux fourmis cependant.
    Pour le logo, tu viens de nous donner une fameuse idée…T’en parlerai

    1. Ça me donne faim tout ça. Faire la sieste sous un arbre? On va croire que les minimalistes sont des fainéants.. En fait, ils le sont totalement mouhouhouahah!

  4. Ah mais oui mais non mais moi j’ai cru qu’on se réunirait pour manger du chocolat, pas de la feta et des olives !!!
    Bon, heureusement, je pourrais papoter auteurs latins avec Geneviève !
    Ce qui est surprenant c’est comment des choses simples (une balade, un verre de vin…) peuvent devenir si “luxueuses” alors que pour la majorité des gens, le luxe signifie la possession (avec un logo quelconque dessus)… Du coup, j’ai une vraie question : est ce que le minimalisme est l’apanage d’une catégorie socio-culturelle, d’après vous?

    1. Le minimalisme est en effet dédié à une certaine catégorie de personnes. Dans le sens où cela doit être un choix et qu’en plus, ce choix demande des capacités qui ne sont pas données à tout le monde. Il est sûrement possible de transmettre cette philosophie à davantage de personnes. Mais cela demande du temps, de la volonté et beaucoup de travail.

      La possession n’est pas incompatible avec ce mode de vie. Je dirais même que les minimalistes sont aussi matérialistes, pas uniquement bien entendu et sans le côté accumulation. Mais ils prennent plaisir à utiliser des objets matériels. En ce qui me concerne, j’aime entourer uniquement de beaux objets.

Comments are closed.