La beauté n’est pas subjective

Cette après-midi, je discutais avec un ami de valeurs fondamentales. Et parmi celles-ci, l’une d’entre elles est venue faire débat. La beauté. Est-ce vraiment subjectif.

Qu’est-ce que la beauté

Voici la définition du Larousse:

  • Qualité de quelqu’un, de quelque chose qui est beau, conforme à un idéal esthétique : La beauté d’une femme, d’une œuvre musicale.
  • Caractère de ce qui est digne d’admiration par ses qualités intellectuelles ou morales : La beauté d’un acte désintéressé.

Alors, la première définition ne nous aide pas du tout. Qu’est-ce qui est réellement “conforme à un idéal esthétique”? Cela dépend de la culture et de l’époque.

La deuxième définition est plus intéressante. “Ce qui est digne d’admiration”. Mettons de côté l’aspect intellectuel ou moral.

Cela peut donc sous-entendre qu’on doit être en admiration devant quelque chose de beau. La notion de sentiment apparaît. Mais cela doit-il être un sentiment positif, neutre ou négatif?

La beauté se ressent directement

Selon moi, la beauté se voit et se ressent très rapidement. Elle est facilement reconnaissable par rapport à son contraire, la laideur. La beauté est équilibrée, inspirante, attire, donne du plaisir et de l’envie. Je ne dis pas que le laid n’inspire pas, mais il n’inspire pas forcément. Tandis que la beauté oui. La beauté évoque et crée une émotion agréable, apaisante ou excitante.

La beauté intérieure et la beauté extérieure

Certes, la beauté est généralement sensorielle. Elle se voit, elle se touche, elle se goûte, elle s’entend. On parlera alors de la beauté extérieure. La beauté intérieure fait plus référence à une sensation impalpable, un sixième sens. On en parle surtout lorsqu’il s’agit de personnes. Peut-il y avoir beauté intérieure sans beauté extérieure? Et inversement. Oui. Vraiment? He bien, je n’en suis pas vraiment certain.

Prenons un exemple avec une personne qui rayonne de l’intérieur. Mais qui d’apparence, ne se trouve pas dans ce qui se trouve “conforme à l’esthétique idéale”. Si cette personne rayonne vraiment, cela se sentira dans le monde réel par sa conduite, ses actes et par nos propres sens. Si on fait référence aux sens, on verra un sourire ou des yeux malicieux. On entendra des mots positifs venant de sa part.  On sentira un contact physique chaleureux. On sera même surpris par le goût si affinités.

Subjective ou objective?

Alors, la beauté est-elle vraiment subjective? Un facteur important est celui de l’expérience personnelle. On peut avoir été habitué pendant son enfance à un certain critère de beauté. Il y a de fortes chances que cela reste solidement. C’est-à-dire qu’on préfère ce genre de beauté. Mais est-ce parce qu’on préfère quelque chose de moins beau, que cela le rend moins beau? C’est là la question. Si vous parvenez toujours à suivre mon raisonnement. Quoi qu’il en soit, la beauté n’est pas chose facile à comprendre. Mais elle est facile à reconnaître.

SaveSave

SaveSave

SaveSave

SaveSave

SaveSave

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *