J’ai des enfants hyperactifs et je vous emmerde

Cette après-midi, je sers un client, derrière lui, une mère et ses trois enfants qui hurlent dans tous les sens. Je me dis, c’est bon, leur maman va leur demander de se calmer. Mais rien.

Je continue à servir mon client. Les enfants hurlent encore plus fort. J’observe mes collègues femmes qui sont elles-mêmes des mères pour voir si elles vont réagir. Non. Je me dis, c’est peut-être moi parce que je n’ai pas d’enfants. Alors, je vais attendre encore un peu. Après tout, des enfants, ce n’est sûrement pas facile à élever.

Les enfants courent dans la salle et hurlent toujours en jouant. C’en est trop, je suis en train de bouillir. « Madame, pouvez-vous svp demander à vos enfants de baisser le ton svp » ? La bonne femme me regarde et me répond « Vous avez des enfants vous? Non? Les miens sont hyperactifs et c’est comme ça! » À ce moment, j’ai voulu arracher mon fusil à pompe accroché sous mon bureau et leur couper le scalp. Depuis quand être hyperactif est une excuse pour mettre le dawa? Depuis quand ose-t-on remettre l’autorité en question? Mon autorité de surcroît?

Ces derniers temps, j’ai vraiment l’impression que je suis beaucoup plus conservateur que je ne le pensais. Lorsque j’étais enfant, le médecin disait à mes parents que j’étais aussi hyperactif, mais je n’avais sûrement pas l’audace de hurler en public en face de mes parents au risque de recevoir une pantoufle pointure quarante-cinq en pleine poire.

Aujourd’hui, on a une génération d’enfants rois à qui on inculque la liberté individuelle à son paroxysme. Et des parents mous comme des limaces, qui vont encore se plaindre de professeurs soit disant trop durs avec leurs chers bambinets alors qu’ils mériteraient simplement qu’on leur tape sur les doigts au fer brûlant comme il y a quarante ans avec en prime le port du short et de l’uniforme en toute saison. Voilà, c’était mon coup de gueule du jour. J’en ai encore tout plein rassurez-vous, comme le port de ce foutu masque, les gens zombies avec leur téléphone dans les transports ou le manque de style général dans la population avec leurs vêtements de hippies dégénérés. Houlala, j’ai tellement à dire, mais il est l’heure d’aller à la salle. Et vous, qu’est-ce qui vous embête mis à part des articles coups de gueule?

2 comments

  1. Et bien…j’ai des enfants hyperactifs. Mais ils ne hurlent pas en public. Ou alors, si c’était le cas (parce que parfois l’hyperactivité prend réellement le dessus), nous sortons pour ne pas déranger les autres personnes. Hyper actif n’est pas synonyme de mal élevé. Voilà. On peut aussi parler des enfants têtes à claques et insolents, mais qui sont « à haut potentiel, tu comprends, c’est pour ça, ils ont une sensibilité différente ». Non, ils méritent juste de se faire remettre à leur place. J’ai aussi des enfants à haut potentiel. Ca ne les autorise aucunement à être insolents.
    Oui, j’ai plein d’enfants.

    Répondre

    1. Bonjour ma chère Sophie,
      Il est bon de savoir que tout est une question d’éducation.
      Et aussi qu’il y a encore des personnes qui osent faire des enfants. J’entends parfois autour de moi dire « mais pourquoi faire des enfants dans ce monde chaotique ». Je leur réponds que la vie vaut la peine d’être vécue, en leur mettant une petite tarte pour les réveiller.
      Vive les enfants. Vive les fessées. Vive la république.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

58  ⁄    =  29