Ma transformation physique après 4 mois

Un article intime, différent du minimalisme mais aussi lié au bonheur personnel. Je vous fais ici un bilan après quatre mois d’entraînement de culturisme naturel et intense suivi par mon coach sportif Valentino.

Avant-propos

J’ai longuement hésité avant de faire cet article, surtout pour publier mes photos personnelles. Le corps étant une partie intime de notre vie, ce n’est pas si facile de le dévoiler. Toutefois, je trouve cela utile de montrer ce qu’il est possible d’atteindre. Et surtout, je suis très fier du résultat obtenu après seulement quatre mois. N’hésitez pas à me donner vos retours si vous partagez aussi ou pas ce point de vue.

Pourquoi j’ai décidé de m’y mettre

Deux raisons exactement:

En janvier 2019, j’ai commencé à sentir des douleurs au niveau de mes épaules. Mon médecin m’a conseillé de faire des radios, il a observé que j’avais des tendinites et il voici ce dont il m’a demandé: ne plus faire de sport. Le but étant de reposer mes épaules. Après presque deux mois, la douleur ne faisait que s’empirer. Et ne plus faire de sport me manquait énormément, moi qui ai toujours adoré pratiqué une activité physique.

Ensuite, j’ai perdu sept kilos ces dernières années. Étant déjà mince par nature, cela se voyait donc davantage. Le stress a sûrement joué, mais c’était surtout mon alimentation qui en a été la cause. Bien entendu, je savais comment me nourrir, mais plus tard je suis aussi devenu végétarien par fainéantise (par passion aussi et surtout depuis que j’avais un lapin de compagnie ^^). Attention, être végétarien ne mène pas forcément à perdre du poids. Mais le fait est que sans m’en rendre compte, je ne prenais finalement plus assez de nutriments que mon corps avait besoin. J’étais toutefois en bonne santé générale, car je faisais toujours une prise de sang annuelle.

Et puis un jour,

Après deux mois de douleurs à mes épaules qui s’amplifiaient chaque jour, le sport qui me manquait et mon corps qui était en train de fondre à vue d’œil, j’ai donc décidé d’aller visiter la salle de sport qui se trouve à côté de chez moi.

C’est là que j’ai rencontré mon futur coach: Valentino Allegro.

Je lui ai fait part de mon objectif principal qui était de prendre de la masse tout en lui expliquant mes douleurs aux épaules. Il m’a tout de suite rassuré et expliqué qu’il ne fallait justement pas être au repos, mais plutôt de rester en mouvement.

“Le mouvement, c’est la guérison”

Les clichés du culturisme

Je vous avais déjà parlé de mon avis sur le culturisme, qui est plus que de l’esthétique.

Lorsque j’ai commencé à discuter avec mon coach, je lui ai expliqué que je souhaitais idéalement m’entraîner au poids du corps et éviter le plus possible les machines et le matériel. Car je trouvais cela non naturel, comme le fait de m’entraîner dans une salle fermée. Même si entre nous, j’avais oublié que j’avais toujours pratiqué les arts martiaux dans une salle.

Je trouvais aussi que les pratiquants de cette discipline ne pensaient qu’à l’esthétique, étaient donc superficiels, plutôt violents et ne respectaient finalement pas beaucoup leur corps avec tous ces produits dopants.

J’avais tort.

La philosophie

Le culturisme naturel est une véritable philosophie. Je précise bien naturel pour faire la différence avec l’autre partie du body-building où de nombreux produits sont utilisés et où justement le corps n’est sûrement pas respecté.

C’est d’ailleurs ce qui m’a plu en premier chez mon coach, c’est qu’il propose un style de vie entier axé sur le bien-être. Il ne s’agit pas ici d’être dans la frustration, mais au contraire, de rester dans le plaisir.

Cette discipline permet de se connaître tant physiquement que moralement. Physiquement, car elle permet de connaître nos capacités et nos limites. Par exemple, nous comprenons pourquoi nous avons toujours été plus forts pour tel mouvement plutôt que pour un autre. Cela permet aussi de se rencontre qu’on ne peut pas forcément atteindre un physique d’Arnold Schwarzenegger, car ce genre de champion est né champion.

Mentalement, cela donc permet de se rendre compte que l’impossible n’est pas forcément possible contrairement à ce que l’on peut parfois entendre dans le marketing. C’est là aussi que l’on comprend qu’être différent, c’est aussi très bien par rapport à un monde où l’on nous pousse au conformisme, à se ressembler les uns les autres et à diaboliser certaines différences. Chacun a ses points forts et ses points faibles en fonction des situations.

Finalement, on comprend dans une salle de sport que chacun a un objectif commun: se sentir mieux. Et il est bon de travailler sur soi pour se sentir évoluer. Après tout, nous disons bien “un esprit sain dans un corps sain”.

Comment je m’entraîne

La fréquence
Mes entraînements ont lieu cinq fois par semaine à raison d’une heure trente par séance. Je vois mon coach Valentino deux fois par semaine. Les deux premiers mois, nous nous voyions trois fois par semaine. Je m’entraîne en général le matin ou en soirée en fonction du travail.

La morphologie
Mon coach a tout d’abord réalisé une analyse morphologique de mon anatomie. Nous en avons conclu que j’étais longiligne (longs membres et buste court), ma cage thoracique et la largeur de mes épaules sont plutôt courtes, je possède un ensemble de muscles courts en général mis à part quelques parties plus longues telles que les avant-bras, les épaules, les quadriceps ou le trapèze.

L’alimentation
J’ai commencé quelques semaines sans mesurer ce que je mangeais. Après un certain moment, je présentais des signes de fatigue. Mon coach m’a alors conseillé de mesurer mon alimentation. Là, c’était la surprise. Moi qui pensais manger de manière suffisante, car je n’avais pas faim, j’étais en fait bien en dessous de ce que mon corps avait besoin. Par exemple, j’étais à environ 1300 calories et à 60g de protéines. Alors qu’avec mon activité physique et mon poids de corps (63 kilos au début), j’ai besoin de minimum 2600 calories et 120g de protéines. J’ai accepté de reprendre la viande dans mon alimentation c’est-à-dire 200g de poulet par semaine. Par mesure d’optimisation, je prends aussi de la Whey (protéines en poudre) et du collagène pour renforcer les tendons. Mais attention que rien ne remplace une bonne alimentation.

Les types d’exercices
Les exercices que je pratique ont été décidés par mon coach et sont tout à fait personnels. Vu que mon corps possède en général un ensemble de muscles courts, il me fallait donc avoir un entraînement qui travaille l’entièreté. Voici quelques exemples d’exercices: le développé couché, le fly press, le tirage horizontal et vertical, le curl biceps, le split squat, la presse à cuisses ou le curl ischio.

Le parcours du combattant

Comme tout nouveau projet, le lot des difficultés apparaît sur le chemin. Voici ce à quoi j’ai fait face jusqu’à présent.

  • La fatigue est apparue quelques semaines après. Ceci était dû à une trop faible alimentation.
  • Une douleur s’est créée au niveau de mes lombaires. Ceci est dû à ma morphologie et à une sensibilité à cet endroit.
  • Une douleur s’est créée aussi au niveau de mes genoux, sûrement due à une sensibilité.
  • Un jour, j’ai dû arrêter l’entraînement, car j’ai eu une mauvaise indigestion après mon petit-déjeuner
  • La solitude des entraînements. Le culturisme se pratique souvent seul, car un corps est unique et les exercices choisis sont personnels.
  • Les résultats sont lents et demandent patience et persévérance. Ce n’est pas du jour au lendemain qu’on a des résultats.

Le fruit du travail

Après quatre mois, j’ai pu gagner huit kilos de masse sèche. Voici tous les autres bénéfices que m’a apportés le culturisme jusqu’à présent:

Un corps qui me plaît
Mon corps est sûrement l’un de mes plus grands projets dans la vie. J’aime en prendre soin et j’aime prendre plaisir à le regarder. Il s’agit aussi d’une entité sur laquelle je peux avoir beaucoup de contrôle. C’est donc avec grande joie que je profite d’un corps qui me plaît. Je me sens changé aussi mentalement et spirituellement.

Un corps que je connais
Je connais de plus en plus le fonctionnement de mon propre corps. Grâce notamment à l’alimentation, je sais ce dont il a besoin pour fonctionner et ce qui se passe lorsqu’il manque de nutriments. Je connais aussi mes limites et mes faiblesses. Je sais quels points renforcer et je sais surtout jusqu’où je peux aller et jusqu’où je ne pourrai jamais aller.

Plus de testostérone de manière naturelle
Mon corps crée désormais plus de testostérone. Cela m’apporte un état d’esprit plus combattif et plus de libido.

Apprendre à apprendre
Même si j’étais déjà familier avec le monde sportif en général après dix ans d’arts martiaux, j’ai toujours été fasciné par le fait d’apprendre de nouvelles choses constamment. J’ai donc une nouvelle fois attisé ma curiosité comme dit si bien mon coach. Apprendre à apprendre est une compétence précieuse qui permet de s’adapter à une nouvelle situation.

Plus de bien-être

Évidemment, vous l’aurez deviné, le plus gros avantage est de se sentir bien de manière globale. Car on fait quelque chose qui nous plaît, car on se connaît mieux, car notre quotidien se fournit de nombreux avantages, car on se rend compte que nos clichés sont parfois faux, car on découvre qu’il y a encore tellement de belles choses à découvrir et parce que finalement, le chemin aussi est à savourer.

à gauche j'ai un petit sourire en coin, à droite j'ai la banane
à gauche, j’ai un petit sourire en coin, à droite, j’ai la banane
J’aime mon dos, dommage que je ne le vois pas plus souvent ^^