La planète n’a pas besoin d’être sauvée

De nombreuses marches pour le climat se font entendre en ce moment. “Sauvons la planète” “Protégeons le climat”. Mais en vérité, la planète n’a pas besoin du tout d’être sauvée. Par contre, quelqu’un d’autre oui. Devinez qui cela peut-il bien être..

La Planète n’a pas besoin de l’humanité.
Mais l’humanité a besoin de la Planète.

La Planète terre est présente depuis bien longtemps avant l’humanité. J’avais déjà découvert cette info quand j’avais huit ans après avoir lu l’Imagerie de l’Espace.

Bon après, j’étais juste un peu choqué de savoir que le Soleil nous engloutira un jour ou l’autre. C’est peut-être pour cela que je veux profiter de la vie, qui sait. Ok c’est seulement dans 4 milliards d’années. Mais le temps passe vite, non?

Donc on disait, la vie est présente depuis bien longtemps avant l’humanité. Elle a survécu à une chute de météorite. Elle a survécu à des ères glaciaires phénoménales. Et d’une manière ou d’une autre, la vie survivra sûrement encore après l’humanité.

Donc, remettons les choses dans le bon ordre. Notre véritable mission n’est pas de sauver la planète, mais de sauver l’espèce humaine.

Soyons d’accord, je suis un fervent défenseur des êtres vivants. Mais je ne souhaite pas me cacher la vérité. Si je ne mange pas d’animaux, c’est d’abord pour me sauver moi-même. Que ce soit mon corps ou mon esprit.

Comment faire pour sauver l’humanité

Alors voici quelques astuces pour sauver l’humanité. Rien que ça.

Ces astuces peuvent aussi aider:

Vous avez remarqué l’ordre étrange de ces astuces. Et pourtant, cela me paraît logique. Les maux de notre société sont toutes liées à nos comportements, nos peurs et nos habitudes.

C’est lorsque nous nous sentons libérés que nous pouvons alors retrouver un rythme naturel, sans besoin de consommer à tire-larigot afin de se réconforter, se rassurer ou entretenir une image fausse de nous-mêmes.

Le plus grand danger que l’humanité a aujourd’hui est la peur qu’elle entretient avec elle-même.

Pour sauver l’humanité, il faut d’abord la libérer d’elle-même.